Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil » CultuSamim » Arts » Université : Les journées « Pédagogie et brachylogie », richesse, profondeur et perspectives
Ma300

Université : Les journées « Pédagogie et brachylogie », richesse, profondeur et perspectives


Mahd2Au terme de la rencontre du 1er et 2 décembre à Mahdia sur « Pédagogie et brachylogie », le plus important constat des présents a été que, depuis le déclenchement du projet des études brachylogiques autour du concept de « Nouvelle Brachylogie », ce champ d’investigation ne cesse de s’élargir et d’ouvrir des pistes de recherche toutes aussi riches et profondes, les unes que les autres, et toutes à même de converger vers la dimension philosophique que le Pr. Mansour M’henni a dégagée de la pensée socratique et a concrétisée, en la conceptualisant, autour de la notion originelle de « brachylogie ». D’ailleurs son livre, Le Retour de Socrate. Introduction à la Nouvelle Brachylogie, publié en octobre 2015 a pour objectif de mettre en place les prolégomènes, ou des éléments de base de cet outillage critique et théorique à même de favoriser l’exploration de ce champ intellectuel ouvert aux croisements interdisciplinaires.

La conférence inaugurale a été donnée par le Professeur émérite de l’Université de Mons (Belgique), M. Raymond Renard, qui a montré avec brio que « la brachylogie est aux fondements du langage et de son apprentissage ».

Mahd16

Par la suite et avec autant de brio, le Professeur Ali Chedly, Doyen de la Faculté de Médecine de Monastir, professeur visiteur en médecine légale et expert en pédagogie médicale a analysé les aspects psycho-cognitifs de la communication orale dans l’enseignement en mettant en valeur son lien étroit à la pratique brachylogique.

Dans la continuité des propos de M. Chedly, le Professeur Rachid Saïd, vice-président de l’Université de Monastir a fait état de la politique de l’université en matière de formation et d’encadrement pédagogique ouvrant la voie aux propositions qui émaneraient de ces journées et de l’exploitation des études brachylogiques pour affiner les méthodologies et varier les produits en la matière, jusqu’à la mise en place même de « formation diplômante». Cela a d’ailleurs été confirmé par le professeur Mahjoub Aouni, Président de l’Université de Monastir, qui a rejoint les travaux à la fin de la première séance et qui a tenu à suivre le reste des travaux de la journée, soulignant avec insistance l’ouverture de son université à tous les projets innovants de la nature de ceux qui étaient en discussion dans cette rencontre. Il a d’ailleurs été rappelé que le Pr. Aouni est l’un des membres fondateurs de Brachylogia-Tunisie en 2012.

Mahd32

L’après-midi de cette première journée a été variée et pluridisciplinaire, avec une richesse soulignée et des sujets de discussion fort intéressants. Elle a actualisé d’abord l’audiovisuel par l’analyse de trois génériques de feuilletons américains, faite par Sara Kantaoui. Ensuite, ce fut le tour de Habiba Gafsi de procéder à une analyse séduisante et intelligente de la brachylogie des couleurs dans une orientation spécifique de la peinture contemporaine. « Les sis more » ! A la fin, c’est M. Nizar Ben Saad, maître de Conférence à l’Université de Sousse qui a approché l’Emile de J.-J. Rousseau du point de vus de sa parenté à Socrate et à la brachylogie, laissant ouverte la perspective de baliser ce chemin par des noms comme Rabelais et de l’ouvrir sur les recherches modernes en matière d’éducation tournée vers l’esprit de conversation.

samir-o

La deuxième journée a continué sur la même lancée de la variété et de la profondeur analytique. C’est d’abord M. Samir Ouartsi de l’Université du 8 mai 1945 de Guelma (Algérie) qui, avec force références et large connaissance, a abordé la problématique du « pro-verbe » (ne pas rater la nuance) dans le discours littéraire, à partir de deux textes de Chawki Amrani : Le Faiseur de trous et L’Âne mort. Une belle analyse à partir de deux mots, deux paradigmes, à même d’exploser leur tension interne dans tous les sens : « trou » et « âne ».

De son côté Azizi Mohamed Lahbib s’est attaqué à la problématique de la « construction et transmission des mots de l’histoire » et a pertinemment montré, à partir d’une analyse de la brachylogie khuldunienne que l’Histoire est fondamentalement brachylogique.

Mohamed Njah a, quant à lui, développé les lieux de convergence et de divergence entre la pédagogie et la didactique laissant en instance la question du rôle que jouerait la brachylogie dans ce rapport janusien entre les deux premières disciplines.

Mahd33

La participation de Mme Imène Salah Boukhari a retenu l’attention pour plusieurs raisons et avant tout par l’expérience de la conférencière dans le domaine de l’enseignement primaire. Voilà bien un champ d’action et de réflexion propice à l’articulation de la pédagogie et de la brachylogie ! En plus, l’originalité du titre n’a pas manqué d’intéresser, par le parallèle établi entre « le Serment d’Hippocrate » et « le Serment de Socrate », ce dernier émanant d’une initiative de la ministre belge de l’Enseignement supérieur, Françoise Dupuis. Le parallèle est d’autant plus intéressant à creuser que les deux amis étaient foncièrement « brachylogues ».

A la fin, c’est Khaoula Kéfi Charrada qui a clos le fil des communications en interrogeant les TICE (Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Education) en rapport à la brachylogie, à la recherche de leur impact sur les nouvelles méthodes d’apprentissage.

Au bilan, plusieurs perspectives se sont ouvertes à l’occasion de ces deux journées conjointement organisées par deux jeunes établissements de l’Université de Monastir, en l’occurrence l’Institut Supérieur des Etudes Appliquées en Humanités à Mahdia et l’Institut Supérieur des Langues Appliquées à Moknine, deux établissements à la tête desquels deux jeunes directeurs, respectivement MM Sami Tebeb et Hichem Naïja, n’épargnent aucun effort pour fournir à leurs collègues et à leurs étudiants les conditions et les opportunités d’une proximité enrichissante. L’action, coordonnée par l’infatigable Mohamed Saad Borghol (Président du bureau du Centre de Brachylogia-Tunisie) entouré d’une équipe jeune et dynamique de trois établissements (ISEAH Mahdia, ISLA Moknine et ISSH Tunis), a été organisée en partenariat avec l’association Brachylogia-Tunisie et avec la Coordination Internationale des Recherches et Etudes Brachylogiques à Paris (CIREB), avec le soutien de l’AUF et de l’Université Tunis El Manar.

Mahd17

Parmi les perspectives retenus, il y l’inscription, au programme du Deuxième Congrès Mondial de Brachylogie prévu en avril 2017 en Tunisie, d’un panel « Brachylogie et pédagogie » dont la préparation sera pilotée par l’Université de Monastir et qui déboucherait sur une manifestation régulière sous ce label, organisée par ladite université, avec les partenaires qui voudront se joindre à elle. Un panel consacré à « Brachylogie, Histoire et Société » et un autre à « Brachylogie et nouvelles technologies » sont suggérés au comité d’organisation du congrès.

En attendant, une invitation a été lancée à se retrouver à l’Université de Sfax (3-4 mars 2016) pour le Cinquième séminaire en Tunisie des études brachylogiques que coordonne activement le président du bureau du Sud de Brachylogia-Tunisie, Pr. Mustapha Trabelsi, sous l’intitulé : « La brachylogie : genres, formes et styles ».

affichePB

En dehors de la Tunisie, le calendrier des études brachylogiques a déjà annoncé le premier séminaire de Mons (Belgique), les 28 et 29 avril 2016, et le deuxième séminaire de Beyrouth (Liban), les 27-28 octobre 2016. Deux autres rencontres sont à l’étude pour 2016, une à Kénitra (Maroc) et une autre à Alger (Algérie). Sans doute aussi une journée à Paris, le 3 mai 2016, pour le deuxième anniversaire de la parution au JORF de l’annonce de constitution (donc de la naissance officielle) de la CIREB.

W. D. Boussoffara


Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publierLes champs marqués sont obligatoires *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WpCoderX