Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil » CultuSamim » Université de Guelma (Algérie): La Brachylogie à la croisée des sciences de l’éducation
nadia benchaabane-LO

Université de Guelma (Algérie): La Brachylogie à la croisée des sciences de l’éducation


L’Université 8 Mai 1945- Guelma (Faculté des Lettres et Sciences Humaines – Département de Français) organise la Deuxième Journée d’Etudes Pédagogiques (JEP), le Mercredi 14 Mars 2018, autour du thème :

La Brachylogie à la croisée des sciences de l’éducation: des pratiques conversationnelles à « la pédagogie de la brièveté », quelle (s) entrée (s) didactique (s)?

Elle prolonge ainsi les travaux initiés en décembre 2016 à Mahdia par l’Université de Monastir (Tunisie) dans le cadre des « Journées d’études en pédagogie et brachylogie » qui semblent suspendues après deux éditions très intéressantes et bien réussies. L’Université de Guelma prendrait-elle la relève ? Pourquoi pas, si besoin de relève il y a ! En tout cas l’équipe de cette université, enthousiaste et bien soudée autour de son coordinateur Noureddine Bahloul, a tous les atouts pour construire un grand projet cohérent et ouvert ayant pour objet une réflexion pluridisciplinaire, alliant la pratique à la théorie, autour du binôme « Pédagogie et brachylogie ». « Nous travaillons sur le projet, souligne N. Bahloul, même dans le cadre des mémoires de master voire des thèses de doctorat. Le concept de brachylogie gagne du terrain dans la recherche académique. »

 

Voici, ci-dessous, l’argumentaire de la JEP du 4 novembre et son programme détaillé, en attendant la suite :

 

Les journées d’études pédagogiques (JEP) présentent un espace privilégié pour relancer le débat autour des pratiques de classes dans son ancrage pédagogique et didactique en contexte scolaire algérien. Cette deuxième édition conduite autour des travaux de la poétique de la brièveté, de la pédagogie et de la didactique, s’intéresse aux situations d’enseignement/apprentissage et de négociation des savoirs enseignables (Y. Chevalard : 1985) et  de leurs transpositions didactiques en contexte de classe outre les postures méthodologiques prônant  de nouvelles investigations autour du texte  littéraire dans ses lectures plurielles. En effet,  […] le texte se fait, se travaille à travers un entrelacs perpétuel  (R. Barthes : 1973). Dans cette perspective de réflexion, l’attention est accordée aux pratiques de classes, celles qui mobilisent des dispositifs didactiques et les inscrivent dans des démarches cohérentes et éclairantes qui interpellent les connaissances procédurales de la population apprenante (J. Tardif : 1992).

 

L’enseignant par sa manière de faire et son style professoral (F. Cicurel : 2013), conceptualise son programme et l’adapte aux exigences de la formation, impliquant ainsi les groupes-classes dans un projet scolaire dont la vertu pédagogique est la valorisation des tâches dans une perspective actionnelle (C. Puren : 2011). En qualité de guide attentionné au sein de la classe, l’enseignant agit pour  la diffusion des connaissances, les teste, les revisite, les transforme et les soumet  au profit de l’apprenant qui les expérimente par les voies heuristiques reconnues et définies par l’enseignant lui-même. C’est dans ce rituel d’échange mutuel ancré dans le principe de dévolutions  en partage entre « partie guidante et partie guidée »  (J-P Cuq : 2002), propre aux situations didactique/  adidactique (G. Brousseau : 1998), que s’opère la co-construction des savoirs et leur légitimité au sein de l’institution scolaire.

Ainsi, les pratiques de classes innovantes trouvent-elles leur signification dans les dispositifs de mesure qui remettent en question sans cesse le postulat de la relativité du succès parmi le public collaborateur.

 

Cet espace de la JEP présente  entre autres l’opportunité d’un débat ouvert  autour du concept de Brachylogie en tant que mode de pensée et modalité discursive à saisir autour du processus de « l’apprendre »  et des postures méthodologiques mises en exécution en contexte scolaire et universitaire. En ce sens,  « cette notion de brachylogie peut être saisie dans le cadre d’une manière d’être et de faire, liée au sujet vivant et à sa relation aux objets qui l’entourent ». (M. M’Henni: 2015).

 

La réflexion menée autour de la question de ‘Brachylogie et Pédagogie » s’énonce comme prétexte  pour relancer le débat autour du rapport duel entre cette entité du bref et du court qui ne se convertit pas en termes de synonymie   mais  semble traduire une acception  sémantique nuancée. Le « court » se trouve  à l’extérieur de la langue et relève de la dimension  par rapport à la notion de brièveté qui renvoie  aux modalités du discours du fait de son ancrage dans le langage (G. Dessons : 2016). Par ailleurs, la prise en compte du rapport duel entre langue/discours  est une donne d’appui dans le cadre des rencontres scientifiques de la JEP. Les contributions porteront sur des préoccupations d’ordre pédagogico-didactique et de l’analyse du discours dans les perspectives de recherche en sciences des textes littéraires, en didactique des langues et en sciences du langage.

 

 

Mercredi 14 mars 2018

8h : accueil des participants

8h15 : allocutions d’ouverture

 

Session 1

Brièveté et  analyse du discours (Modérateur : Salah Faid)

 

8h45 – 9h05 Noureddine Bahloul & Dounia Abdelli

(Université 8 Mai 1945- Guelma / Université d’Artois- France)

Sens de la brièveté et dimension énonciative de l’adverbe  du français

9h05 – 9h25 Leila KHELELFA  (Université 8 Mai 1945- Guelma)

La brachylogie, une nouvelle perspective de dialogisme linguistique et culturel

9h25 – 9h45 Fouzia Asasala (Université 8 Mai 1945- Guelma)

سورة الأنبياء  بين الإيجاز السردي و التعليم (الآيات  73 الى 80 نموذجا)

Discussion

 

Session 2

Brachylogie  et Pédagogie (Modérateur : Bouguerra  Cheddad)

 

10h15 – 10h35 Azzedine Ameur (Université Mohamed Boudiaf de M’sila)

Le recours à la brièveté comme une aide à l’acquisition de la langue écrite dans une classe de FLE, reconsidération de la dichotomie entre l’oral et l’écrit.

10h35 – 10h55 Samir Hamamdia   (Université 8 Mai 1945- Guelma)

L’enseignement de la grammaire par le manuel de la 1ère année moyenne.

10h55 – 11h15 Kamel Sayed (Université 8 Mai 1945- Guelma)

Brachylogie, modes d’emploi : Pratiques enseignantes comme initiatrices à la brachylogie générale

Discussion

 

Session 3

Brachylogie, Didactique et Littérature (Modérateur : Noureddine Bahloul)

 

11h30 – 11h50  Salah Faid  (Université Mohamed Boudiaf de M’sila)

Pédagogie du 9ème art et apport des formes brachylogiques dans l’écrit-production

11h50 – 12h10 Samir Ouartsi  (Université 8 Mai 1945- Guelma)

Brièveté et insight poétique chez La Fontaine.

12h10 – 12h30 Moncef Maizi  (Université 8 Mai 1945- Guelma)

La brachylogie, pensoir de l’identité féminine dans les écrits de Maïssa Bey.

12h30 – 12h50 Bouguerra Cheddad  (Université Chérif Messaadia- Souk/Ahras)

L’apport de la neurolinguistique dans l’apprentissage de l’écrit

Discussion

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publierLes champs marqués sont obligatoires *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WpCoderX