Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil » Samimopinion » Chronique » Robert Ménard à la recherche de son « Paradis perdu … l’Algérie française ». Par Habib Trabelsi
trab-ménard300

Robert Ménard à la recherche de son « Paradis perdu … l’Algérie française ». Par Habib Trabelsi


L’ancien patron de « Reporters Sans Frontières » (RSF) et actuel maire lepéniste intégral de Béziers, Robert Ménard, est aussi un nostalgique d’un militaire fasciste et putschiste ! et de « l’Algérie française »!!

 

Robert Ménard, l’ex-secrétaire général de « Reporters Sans Frontières » (RSF), propulsé maire de Béziers à la faveur des élections municipales de 2014, grâce à l’extrême droite, avec en tête le Front National (FN) dont il est devenu le chantre, vient, une fois de plus, d’occuper le devant de la scène politico-médiatique: il chante maintenant « l’Algérie, c’est notre paradis ! ».

 

Depuis qu’il est devenu le « premier magistrat biterrois », Ménard verse dans le prosélytisme et se nourrit régulièrement de polémiques: tantôt en installant une crèche catholique (signe ostentatoire religieux) à la mairie de Béziers (au mépris de la Constitution française et à la loi de séparation de l’Église et de l’État), tantôt en interdisant le linge aux fenêtres ou, mieux encore, en armant les policiers municipaux.

 

Il faudrait d’emblée rappeler que l’Organisation de défense de la liberté de la presse s’est désolidarisée de Robert Ménard en précisant en juin 2013 dans un communiqué que « ses prises de position politiques n’engagent d’aucune manière l’organisation dont il fut l’un des fondateurs en 1985 et qu’il dirigea pendant vingt-trois ans ».

 

La dernière trouvaille ménardienne: débaptiser une rue de SA ville pour lui donner le nom d’un farouche partisan de « l’Algérie française », le commandant Elie Denoix de Saint-Marc, l’un des officiers qui avaient tenté de renverser la République française en avril 1961.

 

La «Rue du 19 mars 1962» existait depuis 36 ans. Officiellement, elle correspond à la date du cessez-le-feu en Algérie obtenu à la faveur des accords d’Evan. La «Rue du 19 mars 1962» n’existe plus : elle s’appelle désormais la « Rue Denoix de Saint-Marc », du nom du commandant du 1er régiment de parachutistes pendant la guerre d’Algérie. Robert Ménard, le nostalgique de « l’Algérie française », lui-même né à Oran, en a décidé ainsi.

 

« L’Algérie, c’est notre paradis »

 

« L’Algérie, c’est notre paradis à nous, comme disait et dit toujours ma mère », a osé dire, l’air nostalgique et visiblement ému, Ménard («Minable», selon ses détracteurs), devant quelque 2 000 fans enthousiastes, (anciens parachutistes, militaires ayant fait la guerre d’Algérie et membre de l’association des anciens de l’OAS…), dont la moyenne d’âge dépasse nettement les 70 ans.

 

«Algérie française !», criaient ses partisans, arborant bérets et médailles, en brandissant des drapeaux tricolores et en entonnant « Le Chant des Africains », un chant repris pendant la guerre d’Algérie par les Pieds-noirs et les partisans de l’« Algérie française ».

 

« Ménard facho, Ménard assassin ! », « Non à cette droite réactionnaire, révisionniste, colonialiste et raciste », répliquaient les forces de gauche, élus en tête, maintenus à l’écart à cent mètres plus loin. Ils criaient leur colère en brandissant des drapeaux algériens et des étendards communistes… en huant et en chantant une Marseillaise, histoire de montrer que Ménard n’a pas le monopole du chant national.

 

La débaptisation de la «Rue du 19 mars 1962» a été considérée comme une injure par la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA, l’association spécifique des anciens combattants en Afrique du Nord, créée le 21 septembre 1958 et regroupant notamment les appelés du contingent envoyé en Algérie jusqu’à l’indépendance du pays en 1962).

 

Manuel Valls : « C’est rance, c’est triste ! » // Robert Ménard : « Valls est  un crétin ! »

 

La nouvelle « Ménarderie » a été dénoncée surtout par le Premier ministre socialiste Manuel Valls.

 

«La nostalgie, et notamment la nostalgie de l’Algérie française, n’apportera rien de bon. Aujourd’hui, on a besoin de regarder l’avenir avec de l’optimisme et le Front national n’aime pas la France, c’est rance, c’est triste ! », a déclaré Valls, à une semaine du premier tour des élections départementales. Valls ne veut pas que le FN soit « le premier parti de France».

 

Robert Ménard, qui est d’abord un fort en gueule, lui répliqua aussitôt par une insulte : Manuel Valls est « un crétin ».

 

« Que monsieur Valls ait envie de gommer toute une page de l’histoire de ce pays, c’est son affaire. Dire aujourd’hui qu’ici c’est quelque chose qui se résume à la nostalgie de l’Algérie française, c’est faire preuve qu’on est, oui, un crétin », décréta l’homme qui a présidé durant près d’un quart de siècle à l’Organisation de défense des journalistes aux quatre coins de la planète, mais qui ne s’est guère distingué en tant que journaliste.

 

***

 

Un clin d’œil:

 

►►► Durant mes années à l’AFP, j’ai côtoyé une cohorte de journalistes opportunistes, des droit-de-l’hommistes arrivistes, des faux-défensseurs-de-la-liberté-d’expression… mais l’ex-charlatan-général de RSF, ce nostalgique de l’OAS et du colonialisme, est sans pareil… Pauvre France !

 

►►► Hé ! Robert, ineffable ex-défenseur des journalistes, je suppose que vous êtes à dix mille lieux de mes années AFPuesques … Et pour cause !

Je n’ai pas envie de médiatiser ces souvenirs AFPuesques … du moins présentement.

Votre « ami véritable » de l’année 2007/2008, à la veille de votre « conquête qatariote », à la tête du Centre pour la Liberté de l’Information, à Doha.

HT, à un jet de pierre du « Paradis » algérien.


Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publierLes champs marqués sont obligatoires *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WpCoderX