Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil » Samimopinion » Lectures » Lectures: La Tunisie nage dans des puits de bêtise. Par Nizar Bahloul
nizar_bahloul

Lectures: La Tunisie nage dans des puits de bêtise. Par Nizar Bahloul


« Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue ». La phrase appartient au grand Albert Einstein. Le plus grand de tous. De Einstein, on est bien loin. On est même à des années-lumière de lui ! Dans le pays où nous vivons, nous discutons encore du nombre de houris qui nous attendent dans l’au-delà. Au lieu d’observer notre environnement pour améliorer notre quotidien, nous préférons surveiller nos voisins afin de les empêcher de se donner à qui ils le désirent. Nous vivons dans un pays qui n’est pas choqué par Ettahrir et son projet de califat, qui n’est pas choqué par l’apologie de la pédophilie de Bahri Jelassi ou la polygamie de Adel Almi, mais qui s’élève contre une association défendant le droit des homosexuels de vivre librement leur sexualité, sans passer par la case prison.
En Tunisie, les gens évoquent la loi quand une association veut dépénaliser l’homosexualité, mais passent leur chemin quand un parti légal prône la fin de la République et qu’un autre trouve sympathique la pédophilie. Les mêmes gens qui vous donnent des leçons de démocratie, de libertés, de dignité et de droits individuels.

 

A l’actu cette semaine, à part ce non-sujet lié à l’homosexualité, la censure de la Haica. L’instance de l’audiovisuel n’ose plus rien contre Zitouna TV, en dépit de son discours haineux quasi-quotidien. Mais quand il s’agit d’Al Hiwar Ettounsi, elle tire plus vite que son ombre. Ils sont bien cohérents à la Haica.
Moncef Marzouki est allé se plaindre auprès du procureur suite à la diffusion, par Al Hiwar Ettounsi, d’un montage-vidéo, sortant ses propos de leur contexte. L’ancien président tunisien parlait des terres brûlées syriennes et non celles de son pays. Zut, quelle erreur, il ne fallait pas comprendre le message entre les lignes ! Marzouki a aussi parlé des idiots tunisiens, il a aussi parlé des potences tunisiennes et il a aussi parlé des méchants bourgeois tunisiens, mais évoquant les terres brûlées, il n’a parlé que de la Syrie. Le procureur zappera donc tous les autres sujets et ne se penchera que sur les terres brûlées.
Ivre de son succès médiatique d’avoir été victime des méchants médias de la honte, Moncef Marzouki s’est senti pousser des ailes. Il est allé encore plus de l’avant en balançant, sur sa page FB un long texte où il parle de tout. Le droit-de-l’hommiste épingle (entre les lignes) les homos qui menacent nos valeureuses, belles et riches traditions arabo-islamiques, s’interroge si la Tunisie nage sur des puits de pétrole et de gaz et propose que chaque région obtienne une ristourne sur ses richesses naturelles. Mais attention, il ne faut surtout pas dire que Marzouki cultive le régionalisme et la haine entre les Tunisiens, sinon on vous catalogue de corrompu, d’anti-révolutionnaire et de haineux anti-Marzouki. Il disait quoi Einstein déjà ?

 

Le monsieur a passé trois ans à la présidence et il prétend ne pas savoir si la Tunisie possède ou non des richesses naturelles. Soit il est idiot, soit il nous prend pour tels. Je connais la réponse, c’est lui qui nous l’a donnée.
Le monsieur a passé trois ans à la présidence et parle encore de ristourne aux habitants des régions possédant des richesses naturelles. Il risque de mettre le pays à feu et à sang, mais il n’en a que faire du pays.
Un jeune étudiant de première année de sciences économiques lui démontrera que sa proposition est irréalisable et injuste. C’est une question de bon sens. Mais Marzouki n’en a que faire des sciences et du bon sens et encore moins de la justice.
Prenons une région X où habitent 10.000 citoyens qui dorment sur un puits de pétrole dégageant 10 millions de dinars de richesses. Si l’on suit le bon sens, les 10 millions de dinars sont versés dans la caisse de l’Etat pour servir 10 millions de citoyens. Soit un dinar par citoyen. Si l’on suit le génie marzoukiste, on soustrait 20% de ces richesses de la région X pour les donner aux 10.000 citoyens et on partage les 80% restants entre les 10 millions. C’est-à-dire que les 10.000 citoyens vont obtenir, chacun, quelque 200 dinars chacun, alors que le reste de la population du pays va obtenir chacun 0,8 dinar. C’est la nouvelle théorie de Moncef Marzouki expliquée aux idiots. Elle ne s’éloigne pas trop de sa théorie des chaussettes et chaussures. Et il appelle ça justice, équité et dignité !

 

Il se trouve que lorsqu’on est adepte de Marzouki, on a du mal à comprendre les plus simples théories. On devient sourd à toute explication, aussi bête soit-elle. « Il ne faut pas perdre son temps à avancer des arguments de bonne foi face à des gens de mauvaise foi », a dit un jour le défunt Roi du Maroc Hassen II. Et « il ne faut pas parler aux cons, ça les instruit », a dit Michel Audiard. Nous en sommes là.
Et pourtant ! Vendredi dernier, il s’est trouvé quelques dizaines de personnes pour aller manifester devant l’Etap et réclamer une part des puits de richesses sur lesquelles nage la Tunisie. Vendredi prochain, une grosse manifestation est annoncée autour du même sujet. Et les mêmes énergumènes se donnent rendez-vous. Comme par hasard, ce sont ces mêmes énergumènes qui ont activement participé à la campagne de Marzouki. Et, comme par hasard, le timing vient juste après la visite de Marzouki au Qatar. Ce même Qatar qui lorgne les contrats des sociétés pétrolières dans le pays, ce même Qatar qui dirige la chaîne Al Jazeera, plus grande semeuse de zizanie en Tunisie. Parenthèse, cette même Al Jazeera qui a multiplié les vidéo-montage de désinformation et d’orientation des publics, sans que personne ne dise un mot.

 

L’heure est grave, la Tunisie s’embourbe dans la dette, dans le déficit, dans le chômage et l’inflation. Pour sauver ce pays, il n’y a pas 36.000 solutions, il n’y en a qu’une seule : il faut aller TRAVAILLER. Il faut PRODUIRE. Il faut travailler pour produire de la richesse et non creuser pour en découvrir. Le salut des peuples ne vient que par le travail rémunéré et non par une rente viagère dégagée d’un puits.
Tant que nos politiques rêvent du modèle bédouin arabe, et ses puits de pétrole, tant que nous ne trouverons pas notre salut. Regardez les peuples qui travaillent matin, midi et soir et enfantent des Einstein et des Steve Jobs et non les peuples qui ne savent que pondre des enfants par le biais de quatre épouses mineures chacun ! Regardez les peuples qui s’occupent de leurs cerveaux et de leurs biceps et non les peuples qui s’occupent de ce qui se passe dans les chambres à coucher de leurs voisins !

Article publié par businessnews.com.tn


Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publierLes champs marqués sont obligatoires *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WpCoderX