Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil » CultuSamim » Arts » Lectures: Célébration de la République et fête du bien vivre
sourire

Lectures: Célébration de la République et fête du bien vivre


Par Mansour Mhenni

Après l’événement tragique et cruel de Sousse et les sentiments de tristesse et de désespoir qu’il a générés, c’est de Sousse que nous vient un nouveau souffle festif qui nous replonge dans le désir et la joie de vivre contre tous les aléas du fanatisme politique,

de l’extrémisme religieux et de la pire de leurs manifestations sociales, le terrorisme.

S’il importe de relever, pour la circonstance, deux manifestations classiques qui ont le mérite de perdurer, malgré vents et marées, on ne manquera pas d’insister sur le retour d’une manifestation caractérisée qui a donné cette année un goût spécial à la célébration de la République.

La première manifestation est évidemment l’organisation festive pour la célébration de la République, une heureuse coutume généralisée dans le pays, s’étant maintenue dans les moments sombres où certaines voix n’ont pas hésité à remettre en question l’acquis historique de l’institution républicaine, réalisé et réussi par le Leader Habib Bourguiba et ses compagnons de route sur la voie de la rationalité et de la modernité. Cette année, Sousse fête encore la République au-delà du drame qui a terni son visage estival et attristé son sourire hospitalier.

Si elle était aussi irrespectueuse que certains politiciens de pacotille, Sousse dirait à ses agresseurs : « Moutou bi ghaydhikom ! J’ai toujours la force de me redresser après les dures épreuves et ce n’est pas vous qui me ferez plier l’échine ou les genoux ! »

La deuxième manifestation est à coup sûr le dixième anniversaire de JawharaFM, fêté dans la liesse de l’équipe de cette première radio privée au Sahel, dans celle des invités de toutes tendances, à la mesure de l’égale distance médiatique que cette radio a pu imperturbablement garder à l’égard des différentes sensibilités politiques, et dans les nombreux compagnons de son antenne et de son réseau électronique.

C’est la République qui a marqué la naissance de JawharaFM, et c’est de référence républicaine que restera cette radio.

Finalement, le troisième événement, DE TAILLE, il faut le souligner, c’est le retour du festival d’Aoussou. En effet, comment imaginer Sousse sans Aoussou ? Pourtant, certaines manigances avaient réussi à interrompre pour un temps cette manifestation exceptionnelle. Ce retour est donc une vraie victoire.

Par ailleurs, il s’est caractérisé par la sélection d’une personnalité artistique et intellectuelle importante à la tête de l’association qui gère le festival. Il s’agit de Mohamed Zinelabidine, un enfant de « la Perle du Sahel » (alias Jawharat Essahel), qui a fait ses preuves dans les domaines universitaires, culturels, artistiques, associatifs et administratifs, en plus de ses louables qualités humaines. Sousse n’a pas oublié que son enfant a été le premier directeur de l’Institut Supérieur de Musique de Sousse et qu’à ce titre, il a contribué au niveau exceptionnel atteint par la programmation culturelle de la ville. Sousse n’a pas oublié que son enfant a été le principal concepteur et gestionnaire du projet artistique et culturel de la Cité de la Culture, un projet qui reste à l’ordre du jour, n’attendant que la décision de son application. Sousse n’oublie pas que, de retour à la tête de l’Institut Supérieur de Musique de Tunis, par une justice rendue à César, son enfant a relancé le dynamisme de cette institution universitaire et culturelle, en interaction avec les structures apparentées.

Nous sommes convaincus qu’avec cette relance de qualité, le Festival d’Aoussou retrouvera son rayonnement d’antan et ira plus loin et que, dans la confluence de tous les acteurs et de leurs actions respectives, Sousse donnera la preuve que la Tunisie entière est impossible à soumettre à la loi des ténèbres et que sa conscience est d’abord de la lumière, des Lumières et de l’amour de la vie contre le langage de la mort.

Article publié sur jawharafm.net


Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publierLes champs marqués sont obligatoires *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WpCoderX