Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil » Samimopinion » Chronique » Chronique : Qui veut brûler la Tunisie ?
incendie

Chronique : Qui veut brûler la Tunisie ?


 D’un certain point de vue, l’événement dit « déclencheur de la révolution tunisienne » m’a tout l’air de se transformer, avec le temps, en une vraie malédiction tendant à entrainer le pays sur la pente vers l’enfer. Il est vrai que je ne manque pas de compassion pour le jeune homme qui s’est immolé un certain 17 décembre 2010 ; il était d’ailleurs le troisième à connaître le même sort et je ne vois vraiment pas en quoi il aurait plus d’honneur ou de mérite que ses deux prédécesseurs. Mais son acte dérange encore mes repères comme il l’a fait d’ailleurs pour plusieurs jeunes qui, après lui, n’ont pas hésité à marcher sur ses pas, vers la mort comme seul moyen peut-être pour exprimer leur passion de la vie.

Ce qui me dérange le plus n’est donc pas dans l’acte lui-même, qui aurait pu finir en fait divers comme les deux précédents, mais dans la symbolique qu’il a fini par prendre, en donnant au feu, non seulement une valeur sacrificielle comme dans les anciens mythes, mais une valeur militante en droite ligne de la logique de la terre brûlée. C’est ce qu’on est forcé de conclure au nombre d’incendies qui ravagent nos forêts chaque été depuis « notre révolution » et qui sont dus, pour la plupart, à des mains criminelles.

D’expérience, on avait le soupçon de quelques intentions maléfiques derrière les actes incendiaires car on savait que derrière de tels actes il y avait toujours la mafia, toutes sortes confondues. On attendait des preuves, aujourd’hui on en a, preuves et aveux à l’appui. Les motivations peuvent varier mais elles seraient essentiellement de trois sortes.

Une première motivation est à chercher du côté de certains profits que d’aucuns pourraient tirer des domaines forestiers qui pourraient changer de statut une fois incendiés. Cela s’était manifesté après le 14 janvier 2011 dans la forêt de Chichou au Cap Bon et, semble-t-il, les suspects n’auraient du tout pas été inquiétés.

La seconde motivation, dans le prolongement de la première sans doute, résiderait dans l’intention de mise en garde et de mise en difficulté du président du Gouvernement des suites de sa décision ferme de poursuivre la campagne contre la corruption. Il y a tous lieux de croire que les aveux déjà obtenus auprès de certains suspects arrêtés verseraient dans ce sens et aboutiraient au dévoilement d’un réseau organisé à cet effet.

La troisième motivation serait d’ordre politique et chercherait le même résultat que la seconde, la mise en difficulté du gouvernement et l’obstruction à toute évolution vers la paix sociale et la relance économique. Ce serait vraiment désolant s’il s’avérait que des formations politiques fussent d’une manière ou d’une autre derrière ce plan malicieusement tressé pour brûler la Tunisie, au propre et au figuré ! On serait alors en droit de se demander à quoi nous aurait servi notre liberté, comme cela se dit déjà sur les réseaux sociaux ou dans les commentaires en lieux publics. En effet, on peut comprendre le mal qui viendrait des mafieux, même si l’on ne peut nullement le justifier ; mais le voir venir des politiciens, ceux-là qui sont censés éclairer le chemin devant la conscience citoyenne, on ne saurait en guérir ! Osons espérer que nulle preuve ne viendra confirmer ce soupçon et creuser alors le fossé de notre désespoir.

Toutefois, l’espoir demeure dans ces voix, très nombreuses, qui se sont dressées contre le feu et ses méfaits, bannissant ceux qui seraient derrière et apportant un soutien inconditionnel au président du Gouvernement, indépendamment de tout échéancier électoral et de toute manipulation politique, pour la lutte contre la corruption et le terrorisme et pour la multiplication des initiatives pour la relance du développement.

Une question revient souvent dans les différents statuts postés : « Pourquoi aucun des incendies ne s’est déclaré à Chaambi ? ». Pas bête du tout comme question, n’est-ce pas ? Une question à creuser !

Mansour M’henni

(Publié par Jaharafm.net)


Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publierLes champs marqués sont obligatoires *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WpCoderX