Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Accueil » Samimopinion » Chronique » Chronique : Pourquoi a-t-on besoin d’un président indépendant
Chronique

Chronique : Pourquoi a-t-on besoin d’un président indépendant


mm300Par Mansour M’henni

Pourquoi a-t-on besoin d’un président indépendant ? me demande-t-on souvent après ce que j’avais publié à ce sujet. La question est bien de propos.

Je préciserais d’abord que cette opinion, strictement personnelle indépendamment du nombre de ceux qui la partagent, ne diminue en rien le respect que j’ai et que je dois à tous ceux qui ne pensent pas comme moi.

J’avoue encore avoir défendu cette idée en 2014 et m’être même engagé dans ce sens, avant de me retirer et de voir mon candidat se retirer pour toutes les raisons faciles à deviner. Comme la majorité alors, j’ai voté Béji Caïd Essebsi à l’égard duquel je n’avais que la réserve de l’âge. Cet homme de grande expérience et d’un charisme certain avait la force de caractère qui lui permettait de fonctionner comme un président indépendant, « un président de tous les Tunisiens » ; mais la conjoncture lui a imposé plusieurs contraintes dues surtout, selon mon humble avis, à son inévitable lien à son parti Nidaa Tounès et aux déboires de sa gestion.

Finalement, le destin a bien sauvé le dernier quart d’heure du Président et lui a offert une honorable sortie historique ; mais la Tunisie n’est pas pour autant sortie de l’auberge. On le voit, avec beaucoup de désolation, à la manière dont sont conduites les candidatures aux élections présidentielles, non seulement du point de vue du nivellement éthique par le bas, chez certains, mais aussi du point de vue politique. En effet, à part ceux qui ne se prononcent pas encore, les différents discours de tous les autres sont des discours et de semblants de programmes de partis. Imaginez alors un président élu sur cette base, comment se tirera-t-il des limites constitutionnelles de ses prérogatives et comment ne se jettera-t-il pas corps et âme dans les bras de son parti et ses alliés ? C’est au président du gouvernement de le faire, lui qui sera nommé sur la base de l’appartenance partisane et du poids électoral de son parti. C’est à lui aussi qu’il reviendra de présenter un programme politique détaillé et argumenté. Mais un candidat à la présidence ne peut promettre que dans le cadre de ses prérogatives constitutionnelles, et d’abord d’être un bon fédérateur et un juste arbitre.

De ce point de vue, en attendant d’entendre tous les candidats à la présidence se prononcer en tant que tels et nous donner l’occasion de les juger sur cette base, force est de reconnaître, sans parti pris ni publicité gratuite, que seul Abdelkérim Zbidi l’a fait et dans les règles de l’art, ne sortant pas du cadre clairement délimité par la constitution. Un programme en cinq points, plausible, défendable, réalisable malgré certaines réserves et surtout largement unificateur au vu de l’attente citoyenne à ce moment précis de notre Histoire et de notre transition démocratique.

Une remarque s’impose cependant, qui aurait un effet de prévention : la large mobilisation, apparemment spontanée et sincère, en faveur d’A. Zbidi gagnerait à se rationaliser autour d’une équipe conversationnelle, même réduite, à même de concevoir toute la démarche électorale et d’organiser toutes les étapes de l’avant et de l’après 15 septembre 2019. A ne pas perdre de vue, dans cette stratégie qu’il ne faut frustrer nul soutien volontaire, mais qu’il faut savoir séparer le bon grain et l’ivraie.

Ce serait, pour le candidat, un test fructueux de sa compétence de fédération et d’arbitrage, lui permettant par ailleurs de mieux s’imprégner des motivations profondes de ceux qui l’entourent.

(Publié par jawharafh.net)


Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publierLes champs marqués sont obligatoires *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

WpCoderX